Chirurgie cardio vasculaire

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

La nouvelle chirurgie cardiaque : plus de confort et plus de sécurité

Vidéo chirurgie, mini-incision, coeur artificiel… En chirurgie cardiaque, de nouvelles techniques permettent d’offrir au patient plus de confort, plus de sécurité tout en garantissant des résultats spectaculaires. Le point avec le Pr Frédéric Collart, chirurgien cardiologue.

Nouvelle chirurgie du coeurLa chirurgie cardiaque est de plus en plus technique et permet d’offrir des résultats spectaculaires à des patients longtemps jugés inopérables. Découvrez avec le Professeur Frédéric Collart, chef du service de chirurgie cardiaque adulte à l’hôpital de la Timone (Marseille), les dernières avancées et leurs indications.

L’avènement de la vidéo chirurgie

Le principe de la vidéo chirurgie est de pratiquer l’intervention à travers des orifices cutanés de petite taille, permettant le passage du système vidéo d’une part et des instruments d’autre part. Le chirurgien peut alors contrôler son intervention via la caméra.

  • Qui peut en bénéficier ?

Pratiquée pour le pontage et le remplacement des valves cardiaques, surtout la valve mitrale, elle est réservée aux patients jeunes, en bonne santé, non-obèses et sans pathologie associée. “En cas de difficulté il peut basculer vers la chirurgie conventionnelle en agrandissant les incisions pratiquées” commente Frédéric Collart.

  • Quels sont les avantages et les inconvénients ?

“Cette chirurgie est moins invasive (moins traumatisante) pour le patient. Ses résultats sont comparables à la chirurgie cardiaque classique. Pour les femmes, le gain est essentiellement esthétique, pas de sternotomie [NDLR : pas d'ouverture chirurgicale du thorax]. Mais le temps d’opération est doublé” souligne le Pr. Collart. De plus, “l’opération reste malgré tout douloureuse avec des difficultés de récupération. Car les côtes bougent contrairement au sternum. De plus le risque de côtes cassées et plus important”.

Pour ce chef de service, “c’est une première étape vers la robotique, qui est déjà très largement utilisée en chirurgie urologique, digestive… mais dont l’utilisation en cardiologie nécessitera encore quelques années “.

Des alternatives à la chirurgie à coeur ouvert

En cas de rétrécissement d’une valve aortique, les techniques classiques de dilatation aortique ou le remplacement de la valve par chirurgie à coeur ouvert n’est pas toujours possible. Dans ce cas, une technique développée par une équipe de Rouen constitue une alternative de choix : schématiquement, une bio prothèse aortique (valve artificielle) est comprimée à la surface d’un ballonnet gonflable et entouré d’un grillage métallique ( stent). Elle est implantée grâce à un cathéter (long tube creux, fin et flexible que l’on introduit jusque dans le coeur) en passant par la veine fémorale (au niveau de la jambe). Une fois arrivée à l’endroit désiré, le gonflage permet l’expansion du stent et l’ancrage de la prothèse en regard de la valve malade. Si l’artère de la jambe est endommagée, il est possible de pratiquer une petite incision sous le sein gauche.

  • Quels sont les avantages et les risques ?

Tout est réalisé sous contrôle radioscopique, sans mise en place d’une dérivation de la circulation sanguine en dehors du corps ( Circulation Extra-Corporelle - CEC) et avec une incision peu étendue. Mais “la valve calcifiée reste en place, ce qui peut entraîner des fuites et donc un résultat moins bon qu’avec la chirurgie classique” nous explique Frédéric Collart. Il prévient “le risque est de 10 à 20 % de mortalité pendant l’hospitalisation contre 1 à 2 % pour la chirurgie classique”. Mais les patients concernés ne sont pas les mêmes…

  • Qui peut en bénéficier ?

Cette technique permet d’opérer des patients considérés comme inopérables ou à très haut risque chirurgical : patients plus âgés pour lesquels la CEC est contre-indiqué, insuffisants rénaux,opérés multiples… “La contre-indication est plus la somation de plusieurs problèmes” insiste le Pr. Collart.

  • Et au niveau de la sécurité sociale ?

Trois mille patients ont bénéficié de cette technique en Europe et au Canada. En France en 2009, deux bio prothèses aortiques ont le marquage CE mais elles ne sont jusqu’alors pas remboursables. Leur dossier va être prochainement évalué par la Haute Autorité de Santé et la Sécurité Sociale.

Le coeur artificiel temporaire

Implanté en quelques minutes, ce dispositif remplit les fonctions du coeur et des poumons, nécessitant la mise en place d’appareils de circulation extracorporelle : un tuyau est installé dans la veine au niveau de l’aine et remonte jusqu’à l’entrée du coeur arrêté. Il aspire le sang qui est alors oxygéné par une petite membrane, puis réinjecté dans l’organisme par une artère. L’ensemble peut fonctionner de quelques jours à quelques semaines.

  • Quels bénéfices et pour qui ?

Ce dispositif* s’adresse en général à des patients jeunes victimes d’infarctus, de myocardite, d’infections virales cardiaques, de problèmes graves lors d’un accouchement ou encore de tentative de suicide par absorption de médicaments. “C’est extrêmement gratifiant” s’enthousiasme Frédéric Collart, “car sans ce geste, la personne allait mourir !”.

Cela peut permettre d’attendre une greffe de coeur ou un coeur artificiel, si les lésions sont irréversibles. Mais que le patient peut supporter cette prothèse temporaire. Dans d’autres cas, cela permet de mettre au repos le coeur et les poumons le temps nécessaire à la récupération, quand ils peuvent se régénérer seuls (lésions réversibles).

Les promesses du coeur artificiel

Enfin, l’amélioration des prothèses cardiaques (”coeur artificiel”) représente la grande innovation depuis ces cinq dernières années.

  • Quels bénéfices et pour qui ?

“Pour les personnes âgées qui avaient jusqu’alors une espérance de vie de 3 à 6 mois, c’est vraiment une avancée !” s’enthousiasme le Pr. Collart. Mais c’est une grosse opération. Le coeur artificiel utilisé à l’hôpital de la Timone est une petite pompe, l’HEARTMATE II, implantée dans la cavité abdominale ou le thorax. Au niveau de la peau, elle est reliée à un ordinateur et alimentée par des batteries situées sur la ceinture.

Ces prothèses permettent de vivre chez soi, plusieurs mois à plusieurs années. “Un de mes patients a attendu 2 ans et demi avant sa greffe de coeur. Un autre a ce dispositif depuis 4 ans et il va bien” raconte le professeur Collart.

  • Et au niveau de la Sécurité Sociale ?

Le coût élevé de cette prothèse, 80 000 euros environ, est maintenant pris en charge par la Sécurité sociale.

Plus de sécurité, plus de confort et un coût moins important

La mise au point de ces nouvelles technologies en chirurgie cardiaque permet d’offrir aux patients de meilleurs résultats avec un maximum de sécurité, de simplifier les suites opératoires, de diminuer l’hospitalisation et la réadaptation tout en réduisant le coût total de la prise en charge.

Rappelons que les maladies cardiovasculaires tuent chaque année près de 180 000 personnes en France. C’est dire combien l’avènement de cette nouvelle chirurgie cardiaque a un bel avenir… Plus d’innovations pour plus de confort, plus de sécurité. Les chercheurs prennent votre santé très à coeur !

* UMAC (Unité Mobile d’Assistance Circulatoire), mise en place dans le service du professeur Collart, mobilisée 24h/24 sur la région PACA. Elle peut intervenir en ambulance ou en hélicoptère afin d’assister les patients sur place avant de les rapatrier à La Timone, sauvant ainsi des patients. D’autres unités existent maintenant à Paris et sur le territoire national.

Sabine Vaillant

Créé le 23 mars 2009

Sources :

- Communiqué de presse des XIX Journées Européennes de la Société Française de Cardiologie - 7 Janvier 2009
- Hôpitaux de Toulouse : la chirurgie cardiaque en pointe Juillet 2008
- La vidéo chirurgie, une étape réussie vers la robotique 16 juillet 2008http://www.portailtelesante.org/
- Timone : Au coeur de l’Unité Mobile UMAC (AP-HP), Actualité médicale- Vie à l’hôpital Juillet 2008

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire.